COMMERCE et ARTISANAT - TPE

Publié le par Régis Ayats

Les TPE représentent la majorité des entreprises du commerce et de l’artisanat. A cela se greffent les sociétés d’aide à la personne et aux entreprises.

Les TPE qui sont des structures de moins de 10 salariés sont parmi les plus génératrices d’emplois et de richesses.

Elles sont aussi un facteur essentiel en matière de maintien d’activités économiques en zone rurale.

Depuis que la crise économique et financière sévit, les TPE payent, elles aussi, un lourd tribut en matière de destruction d’emplois.

Notre région n’échappe pas à la crise. Malgré quelques efforts faits par certaines collectivités locales, l’emploi non seulement ne repart pas, mais il régresse. L’intérim quant à lui subit un recul impressionnant de -15,6 % pour le 1er trimestre 2009 et un recul de -34,3 % sur un an.

Personne n’est capable de dire combien de temps elle durera.

En Languedoc Roussillon 72 % des sondés se déclarent inquiets.

Créer l’emploi de manière artificielle, le financer avec l’argent public notamment au niveau des municipalités, comme dans le passé, ne peut résoudre le problème.

Donner du pouvoir d’achat, notamment aux plus démunis, pour consommer pourrait aider à produire, vendre, embaucher et investir.

Baisser les charges, baisser la TVA dans d’autres secteurs d’activités que la restauration  aiderait à améliorer l’état de santé des TPE d’autant que les micros entreprises en sont dispensées et font une concurrence déloyale.

Un soutien sans failles des collectivités territoriales et locales sur tous les fronts pourrait avoir des résultats bénéfiques.

Il en va de même pour un soutien efficace de la part des établissements bancaires qui eux même ont été sauvés, pour certains, par l’aide publique.

L’Europe a un rôle majeur à jouer dans la gestion de cette crise entre autre, au travers de la limitation des importations issues de pays produisant à bas coût et dont la protection sociale des salariés est quasi nulle voire inexistante.

La campagne des élections régionales qui ne tardera pas à démarrer devra prendre, quelque soit les bords politiques comme sujet majeur, le problème de la crise, de la récession et des destructions d’emplois.

Nul ne m’interdira de penser que dans certains secteurs d’activités, la crise est utilisée pour dégraisser à tout  va.

Je m’interroge sur l’opportunité de créer un village des marques alors que nos TPE vont mal.

 

René LOPEZ

Commenter cet article