PRENDRE LE TEMPS D’UN WEEK END par Régis Ayats

Publié le par Régis Ayats

La culture qui adoucit…


Le temps d’une fin de semaine je suis allé voir 2 expo sur la capitale, celle  sur Louis XIV à Versailles et celle sur Teotihuacan au musée du quai Branly. Pour le trajet en TGV j’ai pris « le Banquet » de Platon, je ne me suis pas endormi…

Une fin de semaine pour se ressourcer à l’évidence, après une semaine dominée, certains me comprendrons, par une succession de ires, vociférations et autres délations qui ont occupé le bas du pavé de quelques désœuvrés, incompétents, débutants et de toute façon petits…

Heureusement la grandeur était au rendez-vous celle de Louis XIV dit le Grand. Contrairement à ce que pensaient certains historiens mal informés, les savants de rien et il y en a encore et pas seulement chez les historiens, Louis était un protecteur et promoteur des arts. Pendant sa longue vie il a insufflé une énergie et une créativité extraordinaire, n’hésitant pas à participer en tant que danseur, comédien ou joueur de guitare ; il connaissait parfaitement la musique.

Il laisse pour la postérité, c’était son souhait, une image de monarque exceptionnel comparé à Alexandre et Auguste, ses seuls concurrents dans le passé.


Le deuxième volet, Teotihuacan, est celui d’une cité de l’altiplano Centro américain qui s’est éteinte brutalement bien avant l’arrivée des Aztèques, sans raison connue à ce jour.

Pourtant les restes monumentaux et leur production artistique et artisanale, leur organisation politique, religieuse et sociale attestent d’une civilisation raffinée.

Cet impressionnant centre cérémoniel avec ses 2 pyramides monumentales de la lune et du soleil sont un haut lieu de témoignage de l’humanité savante au même titre que le plateau de Guizèh et que les temples de la large vallée d’Angkor.

L’Homme est fait pour créer et produire de belles choses sur cette planète, pour s’y développer et affirmer son haut niveau de raffinement et de technicité. Aujourd’hui avec modestie observons ces monuments et prenons conscience que nos siècles récents pour technologiques qu’ils soient ont nécessité avant des gens qui pensaient et ont participé en une chaine continue aux progrès de l’humanité. En des endroits différents et séparés sans relation ni influence des hommes avec le même cerveau dans des races différentes ont utilisé à l’évidence la même réflexion pour les mêmes réalisations techniques et artistiques pour le seul bénéfice de la beauté qu’on offre.

Ce besoin d’offrande du beau s’est bien sur confirmé ailleurs, pendant l’Antiquité et la  Renaissance en Europe, en Chine pendant les périodes impériales, au Moyen Orient avec Sumer et Babylone et enfin les sociétés tribales africaines, indonésiennes ou américaines dont la production à considérablement inspiré les arts contemporains.

Tout cela m’interpelle et je me dis que pas seule l’écologie mais l’humain, et pas seulement l’humanisme qui  serait à la limite réducteur, avec son cortèges de tout son génie dans l’histoire du monde doivent nous unir pour dire à l’humanité de faire cesser un peu sa vanité et réduire ses besoins de puissance pour que se rassérène  l’air que nous respirons et pour que l’arbre et l’animal qui souffrent sur « une terre aride et ridée » retrouvent de l’eau.


Quant au Banquet de Platon je ne ferai pas de commentaire, tout homme politique devrait le lire et le relire. Philosophie ne sert à rien si c’est pour ne pas l’appliquer…

Publié dans CULTURE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean Félix Brouet 01/12/2009 14:11


Bonjour à tous.

Merci pour ce "reportage" et ce partage.
Que dire d'autre. Le texte est parfait quant au "Banquet de Platon" j'irai plus loin, j'obligerai ceux qui veulent ou font de la politique (ou essaient) d'en apprendre par cœur certains
passages et surtout de s'en souvenir avant toute parole ou/et passage à l'acte.

Bonne journée.