CUMUL DES MANDATS par Henri Castaillet

Publié le par Régis Ayats

ALLIANCE CENTRISTE OPPOSEE

Une réforme s’impose…


Henri CASTAILLET  Président d’ALLIANCE CENTRISTE des P.O. et Membre du Comité Exécutif National ( à gauche sur la photo) Extraits...

 

Une responsabilité de gestion publique doit s’entendre comme la gestion de sa propre entreprise et chacun sait que cela occupe l’esprit 24h/24. Hors, les Sénateurs, les Députés, les Présidents de Conseils Généraux et Régionaux , Maires de grandes villes, Présidents d’agglo, s’accordent tous pour dire que pour bien remplir la fonction  de chaque poste de 10 à 14h de travail effectif par jour sont nécessaires. Même avec une super capacité et organisation la question de l’opportunité et de l’efficacité du cumul se pose.

La nécessité et l’avantage d’avoir un ancrage au plan national est un argument pour le moins dérangeant car les « cumulards » sous entendent que si le député était quelqu’un d’autre, il n’aurait pas la capacité d’intervenir pour faire avancer les dossiers les concernant. Drôle de vision démocratique du rôle du Député sensé représenter une circonscription et travailler en osmose avec tous les élus de l’exécutif dans l’intérêt général et non ponctuel.

Une réforme s’impose voici une proposition d’aménagement de la loi existante :

Les
élus du législatif : Sénateur, Députés, Députés européen, Ministres, ne peuvent détenir un mandat de l’exécutif : Maire de ville de plus de 30 000 habitants, Président d’agglo, Conseiller Général, Régional, etc.

Les
élus de l’exécutif : Présidents et Vices présidents de Conseils Généraux et Régionaux, ne peuvent détenir qu’un seul mandat.

Cette proposition présente trois avantages :

1 /  Elle établit la distinction entre le législatif et l’exécutif,  non pas en compétition mais en complémentarité.

2/   Elle place chacun dans un rôle bien défini ce qui accroit l’efficacité.

3/   Par la répartition des charges elle développe le sens démocratique.

 

 

 

Publié dans DEBAT

Commenter cet article